Combien coûte un article de blog

Les dossiers

  • Combien coûte un article de blog

Vous ne serez sans doute pas étonnés si je vous dis qu’une des questions préférée de nos prospects est « combien ça coûte ? ». Pour de la création de contenus surtout, on reçoit régulièrement des demandes du type « Bonjour, j’ai un blog d’entreprise, vous prendriez combien pour rédiger les articles ? ». C’est ce que j’appelle une question piège car il est difficile d’y répondre du tac au tac ! Je vais vous expliquer pourquoi dans cet article, et vous donner au passage quelques éléments de coûts sur la créa de contenus.

La réponse courte

Je ne vous fais pas languir plus longtemps : la réponse à la question « combien coûte un article de blog ? » est « ça dépend ! ». J’ai lu récemment un article d’un DG d’une entreprise spécialisée dans les enquêtes de satisfaction client. Il racontait qu’on le sollicitait régulièrement pour savoir combien coûtait une enquête, et qu’il avait prix l’habitude de répondre en plaisantant : « Le même prix qu’une voiture ! ». Autrement dit : tout dépend de ce que vous voulez ! Eh bien, c’est exactement pareil pour les articles de blog.

Lorsque vous achetez une voiture, vous voulez bien sûr un véhicule qui roule et vous permette d’aller d’un point A à un point B. Mais est-ce vraiment tout ? Pour beaucoup, une voiture devra remplir d’autres fonctions que celle de la simple locomotion. Par exemple, elle devra être jolie, confortable, facile à manier, bien sécurisée… Tout ça se décline en une multitude d’options : taille, design et couleur du véhicule, GPS intégré ou non, matière des sièges (en cuir, en tissus…), climatisation, fermeture centralisée, présence d’airbag, autoradio, et j’en passe !

Tout comme les voitures, la création de contenus est très personnalisable, ce qui implique une variation des prix en fonction de ce que vous désirez. Pour vous aider à bien comprendre comment la plupart des agences fixent leurs coûts, je vais vous lister les critères qu’elles prennent en compte pour vous faire un devis personnalisé.

Le prix d’un contenu ? Comme celui d’une voiture ! A vous de voir si vous voulez une Mercedes ou un vieux tacot 😉

Voiture de luxe

Les critères à prendre en compte

Pour calculer le prix d’un article de blog, plusieurs critères sont normalement regardés de près. Parmi eux, il y a notamment :

  • la taille du contenu. Toute chose égale par ailleurs, un article de 300 mots ne vaudra pas la même chose qu’un article de 2 000 mots, qui demande plus de temps de rédaction, mais aussi plus de curation et une maîtrise plus approfondie d’un sujet.
  • le degré de complexité du sujet. Les sujets très généralistes sont normalement faciles à traiter et peuvent l’être par n’importe quelle personne sachant rédiger. Par contre, les sujets complexes demandent d’être pris en charge par des spécialistes. Ce critère est important, car il peut facilement changer la donne dans les prix ! Par exemple, un article court sur un sujet extrêmement pointu sera plus difficile à rédiger, et donc plus cher, qu’un article long sur un sujet très grand public.
  • la récurrence : plus on écrit régulièrement sur un sujet, mieux on le maîtrise. Les prix sont donc souvent dégressifs lorsqu’on passe d’une prestation de création de contenu « one shot » à une presta récurrente.

Ces 3 critères sont les « indispensables », et ce sont généralement sur eux que va se porter l’attention du créateur de contenus. D’autres, plus secondaires, ont toutefois leur importance et peuvent intervenir dans la construction du budget. Dans tous les cas, il est important de faire le point dessus, ne serait-ce que pour préciser le besoin et bien comprendre vos attentes. Ces critères secondaires sont :

  • la cible : on n’écrit pas de la même façon lorsqu’on s’adresse à un DG qu’à un ado de 15 ans, à un expert marketing ou à un jeune diplômé. Les attentes de lecture de ces cibles ne sont pas les mêmes, et cela doit être pris en compte dans le travail de rédaction mené. Attention, si écrire pour un public exigeant est certes un art difficile, vulgariser un sujet complexe ou retenir l’attention d’un public zappeur l’est également, parfois bien plus d’ailleurs !

  • la documentation existante sur un sujet : quand un sujet est très documenté, il n’est pas difficile d’écrire dessus, mais si ce n’est pas le cas, les choses se compliquent. Certains industriels ont par exemple des activités très spécifiques sur lesquelles on trouve peu de documentation généraliste. Les contenus à rédiger peuvent alors nécessiter un travail d’investigation important, ou des interview des acteurs de l’entreprise… ce qui vient bien sûr impacter le budget.

  • les contraintes particulières : les entreprises exigent parfois qu’un certain nombre de contraintes soient respectées (sources très récentes, ou anglaises uniquement, maillage de liens internes à optimiser par le biais des contenus, etc). Cela peut ralentir le travail de rédaction et ajouter de la complexité.

Voilà, je pense qu’on a fait le tour ! Après, il faut aussi se mettre d’accord sur les contours de la prestation de création de contenus…

Production simple ou accompagnement de A à Z ? Exécutant ou stratège ?

Les entreprises qui se lancent dans le marketing de contenu ont parfois tendance à se focaliser sur la création de contenus, sans réaliser que ce n’est qu’une petite étape du processus. Si on prend un peu de hauteur et qu’on regarde les choses dans leur ensemble, on s’aperçoit que le marketing de contenu repose sur des actions bien plus larges que la stricte création de contenus. Il faut en effet :

  • se mettre d’accord sur les objectifs d’une stratégie de contenu
  • élaborer la stratégie permettant d’atteindre les objectifs fixés (Quelle fréquence de publication ? Comment se distinguer de la concurrence ? Comment s’adresser aux bonnes cibles ? Quelles thématiques aborder ? De quelle façon ? etc)
  • décider quels KPI seront gardés à l’oeil pour mesurer l’efficacité de la stratégie
  • si l’entreprise n’en possède pas déjà une, mettre en place une plateforme apte à héberger ses contenus (un blog, une page « Ressources », etc)
  • élaborer un planning éditorial et une charte éditoriale pour s’assurer de la pérennité de la stratégie engagée et de la régularité de publication de contenus (essentielle pour obtenir des résultats)
  • créer les contenus (c’est-à-dire se documenter, les rédiger, les relire, les faire valider)
  • chercher des illustrations pour les contenus
  • mettre les contenus en ligne sur votre plateforme de publication (WordPress, Drupal…)
  • optimiser le contenu pour le SEO
  • diffuser les contenus pour leur donner plus d’impacts (diffusion sur les réseaux sociaux, au sein d’emailing…)
  • mesurer les résultats
  • améliorer la stratégie au fil de l’eau
  • éventuellement, mettre à jour les contenus si cela s’y prête.

Il y a donc une douzaine d’étapes, et la création de contenus est seulement l’une d’elles. Il faut bien le garder en tête lorsque vous consultez pour de la création de contenu : en fonction de votre besoin, les coûts ne seront pas les mêmes et ce ne seront pas forcément les mêmes profils de consultants qui interviendront. Par exemple :

  • si vous souhaitez uniquement une prestation de rédaction de contenus, il vous faudra un profil de consultant opérationnel, avec des compétences essentiellement littéraires

  • si vous souhaitez une prestation globale de mise à jour de votre blog, il vous faudra également un profil de consultant opérationnel, mais qui possède des compétences plus larges (à la fois littéraires et techniques)

  • enfin, si vous souhaitez une prestation clé en main de marketing de contenu, deux types de consultants seront susceptibles d’intervenir sur votre projet : un consultant en stratégie de contenu, qui élaborera la stratégie à mettre en place et en assurera le pilotage, et un consultant opérationnel, qui déploiera la stratégie en fonction des consignes qui lui sont données.

Votre stratégie de contenus mérite peut-être que plusieurs casquettes interviennent dessus… !

Casquettes

Au-delà de ces différences, le prix de rédaction stricte d’un contenu peut fortement varier d’un presta à un autre. Quelle différence y a-t-il vraiment entre un contenu cheap et un contenu cher ? Faut-il nécessairement se tourner vers les seconds ? C’est ce que je vous propose de voir juste après.

Contenus cheap VS contenus de qualité

Il n’est pas rare de trouver sur internet des offres de création de contenus pour quelques dizaines d’euros. Les contenus créés seront-ils forcément de moins bonne qualité que ceux qui sont facturés quelques centaines d’euros pièce ? A priori, oui. Mais ça ne va pas dire pour autant qu’ils ne sont pas ce dont vous avez besoin. En fait, tout dépend de votre stratégie de contenu et des objectifs que vous souhaitez atteindre.

Par exemple, des contenus peu creusés, rédigés sous forme de brèves, sont tout à fait indiqués pour booster rapidement le référencement naturel d’un site et l’alimenter régulièrement en contenu. Par contre, s’il s’agit de démontrer une expertise et de recruter des leads de haut niveau, il vaudra mieux opter pour des contenus approfondis. Certaines entreprises auront par ailleurs intérêt à faire intervenir dans leur stratégie les deux types de contenus. Eh oui, ils ne sont pas forcément inconciliables !

Voyons un peu les défauts et avantages de chaque type de contenus.

Avantages et inconvénients des contenus cheap

Un exemple ? Les articles publiés sur le site Buzzfeed, qui n’ont pas vocation à rester gravés dans les mémoires mais sont très consultés.

Avantages

  • Ils sont peu coûteux, faciles à écrire, et permettent une mise à jour très régulière d’un site web (un rédacteur rôdé peut facilement écrire plusieurs contenus cheap de 300 mots par jour)
  • Ils se lisent facilement

Inconvénients

  • Ce sont généralement des réécritures faciles d’autres contenus trouvés sur internet. Ils apportent donc rarement un point de vue novateur ou original sur un sujet…
  • Lorsqu’ils sont facturés au mot, les contenus cheaps contiennent souvent beaucoup de « blablatage » : pour remplir leur objectif de mots le plus rapidement possible, les rédacteurs ont tendance à utiliser moultes périphrases et tournures creuses afin de « remplir la page ».
  • Ce sont des contenus « vite consommés, vite oubliés »
  • Ils sont peu adaptés à une cible B2B, qui recherche généralement des contenus de grande qualité

Avantages et inconvénients des contenus de qualité

Un exemple ? Les articles de Comment ça marche.net, qui restent grand public mais apportent des réponses approfondies sur une thématique.

Avantages

  • Ils sont uniques et apportent un éclairage nouveau sur un sujet. Ils suscitent donc plus facilement l’intérêt et l’engagement des lecteurs
  • Ils donnent à une entreprise une image d’expert
  • Ils citent (ou s’appuient) généralement sur des sources sérieuses, se terminent par un appel à action, ont des titres accrocheurs sans pour autant tomber dans le clickbaiting (= titres chocs)

  • Ils donnent envie de mémoriser le nom du blog pour y revenir

Inconvénients

  • Ils sont plus onéreux et plus longs à produire car ils nécessitent un travail de documentation plus important et une prise de hauteur sur les sujets traités
  • Ils peuvent décourager les lecteurs qui cherchent une réponse rapide à une question et ne souhaitent pas approfondir un sujet. Ils sont donc peu adaptés à une cible B2C.

Bilan

Je pense que pour trancher entre contenus cheap et contenus de qualité, la vraie question à se poser est « Quelle expérience est-ce que je veux faire vivre aux lecteurs de mon blog ? ». Revenons à la métaphore de la voiture pour bien comprendre. Imaginez qu’un de vos prospects souhaite aller de Paris à Bordeaux. Vous pouvez lui proposer de faire le trajet à bord d’une vieille deux chevaux sans suspension (ça ne l’enthousiasmera pas forcément, mais ça répondra à son besoin de base), ou vous pouvez lui proposer de faire de ce trajet une expérience qui restera gravée dans sa mémoire. Que voulez-vous proposer ? Quel est le positionnement marketing de votre entreprise ? Qu’est-ce que vos prospects attendent de vous ? Vous seul avez la réponse à ces questions !

Quelques éléments concrets de tarification

Pour que les choses soient plus concrètes, je vais vous donner quelques exemples de prix. Il y a 3 types de tarification généralement utilisées :

La tarification au mot

Elle est surtout pratiquée par les freelance ou les petites agences. Elle débute souvent autour de 20 centimes le mot pour les agences. Pour un article de 250 mots, le coût sera donc de 50 €, et un article de 1 000 mots reviendra à 200 €.

Chez les freelance, la concurrence est on ne peut plus rude… Jugez un peu les réponses à la question « combien coûte un rédacteur d’articles pour blog » sur un forum grand public :

Prix rédacteurs freelance

A ces tarifs là, il serait surprenant que la qualité soit top… Mais je vous laisse faire l’essai si vous êtes tenté !

La tarification à l’article

Elle se fait en fonction de la taille de l’article, généralement au feuillet (standard journalistique qui représente environ 25 lignes). Selon les standards du syndicat national des journalistes, un feuillet se facture la plupart du temps entre 60 et 70 €. Les prix relevés peuvent toutefois monter jusqu’à 240 €, en fonction de la complexité des sujets à traiter et de la qualité attendue (un rédacteur débutant ne facturera pas la même chose qu’un rédacteur qui a dix ans de bouteille…).

Les agences sérieuses spécialisées dans la création de contenu débutent le plus souvent leurs prix autour de 120 € le feuillet, sachant que la rédaction web demande quelques ajustements (optimiser le contenu pour le SEO, rédiger un excerpt, etc).

Exemple de prix affichés par l’agence américaine Scripted, avec 2 tarification en fonction du profil du rédacteur

Prix affichés par une agence américaine

La tarification sur mesure

Elle ne se réfère pas seulement à la taille de l’article, mais à l’ensemble des critères qui peuvent impacter le prix et que je vous ai présentés tout à l’heure. Les prix peuvent donc beaucoup varier. Par exemple, si la rédaction d’un article dans le domaine de la législation nécessite qu’un avocat travaille dessus, il y a fort à parier qu’il facturera son taux horaire habituel (de 100 à 1 000 €). Si au contraire un stagiaire suffit, les prix seront évidemment moins élevés ! La tarification sur mesure se fait toujours en fonction de vos attentes et des spécificités de votre projet.

Et si on prenait le problème à l’envers

La question « Combien coûte un article ? » est bien sûr intéressante, mais est-ce la bonne ? Je n’en suis pas certaine ! A mes yeux, la vraie question est « Combien vaut un article ? », ou plus précisément « Combien vous rapporte un article ? ». Si votre stratégie de contenu est de faible qualité et ne parvient pas à générer des leads, elle n’en vaut pas le coup (le coût ?!), même si vous payez vos articles 3 cacahouètes. Si par contre vos articles de blog contribuent à votre notoriété et déclenchent des appels entrants, c’est une autre affaire !

Les entreprises qui ont déjà un blog peuvent facilement mesurer le ROI de leur stratégie de contenu, en mettant en regard d’une part le budget qui lui est consacré, et d’autre part le nombre de prospects générés et leur poids en CA.

Pour les autres, il s’agit de raisonner « à l’envers » en prenant des hypothèses (qui devront évidemment être vérifiées ensuite !). Prenons l’exemple suivant :

Marge moyenne sur vos propositions commerciales = 35 k€

Fréquence de publication sur votre blog = 1 fois par semaine

Hypothèse : 5 call entrants générés par le blog en 6 mois, 3 call transformés

Sur une période de 6 mois, vous aurez donc :

  • publié sur votre blog 26 contenus (4,33 articles par mois x 6 mois)
  • généré un « profit potentiel » de 175 k€ (35 k€ x 5 call entrants)
  • généré une profit réel de 105 k€ (correspond aux ventes qui ont été closées).

Pour être rentable, votre stratégie de contenu (tout compris) devra vous avoir coûté :

  • moins de 17 500 € par mois (105 k€ / 6 mois).
  • moins de 4 000 € par article (105 k€ / 26 articles), les coûts de stratégie, de mise en ligne etc étant compris dans ce budget.

Avec ces hypothèses, vous pouvez donc opter pour de la bonne qualité ! On estime par exemple qu’un article comme celui-ci (près de 3 000 mots, bien documenté, original) vaut plus de 1 000 €.

Voilà, je pense que vous savez maintenant tout ce qu’il faut sur le coût d’un contenu ! Si l’envie vous prend de nous demander un devis (on propose une tarification sur mesure), on sera ravi de vous répondre, n’hésitez pas à nous solliciter.

Photo crédit : Mercedes E63 AMG et Broken Piggy Bank

2018-09-02T15:39:22+00:00

Qui je suis :

Pauline DROUIN
Passionnée par le marketing, j'adore décrypter les actualités des marques. En mode on, j'élabore des stratégies digitales à 360° pour les clients d'Alesiacom. Et en mode off, j'ai généralement le nez plongé dans un bouquin de science-fiction. Quoiqu'il en soit, je réponds toujours présente pour aider les entreprises à tirer le meilleur parti du web !

16 Comments

  1. Patrice 22/02/2015 à 21:36 ␣- Répondre

    J’aime beaucoup votre méthode de calcul à l’envers, mais ce n’est pas facile a vendre tel quel car les entreprises veulent souvent un ROI rapide… et ce n’est pas facile sur internet ( temps d’indexation etc… ).

    • Pauline d'Alesiacom 23/02/2015 à 09:35 ␣- Répondre

      Bonjour Patrice, Merci pour votre commentaire ! Lorsque les entreprises veulent un ROI rapide, il y a à mon sens deux options : – proposer une stratégie de SEA en complément (ou à la place) du marketing de contenu – éduquer le client, en lui expliquant qu’une stratégie de contenu met certes un peu de temps avant de porter des fruits, mais offre par contre des résultats très intéressants sur le moyen-long terme… notamment un coût d’acquisition par client (CAC) qui diminue sensiblement au fil du temps (blog mieux référencé = plus de probabilité d’être consulté). Bonne journée !

  2. Maxime Jacquard 20/09/2015 à 13:21 ␣- Répondre

    J’adore le mec qui s’étonne d’un tarif de rédaction d’article aussi abs mais qui propose dans sa signature une musique libre de droit à 5 centimes 😉

    • Pauline DROUIN
      Pauline DROUIN 21/09/2015 à 13:51 ␣- Répondre

      Eh oui, les tarifs de musique libres de droit sont eux aussi très compétitifs 😉

  3. stéphane 08/09/2016 à 13:30 ␣- Répondre

    Merci à vous cet article très complet !

    • Pauline DROUIN 09/09/2016 à 14:30 ␣- Répondre

      Bonjour Stéphane, merci pour votre commentaire ! Ravis que l’article vous ait plu. N’hésitez pas à parcourir nos autres articles sur le sujet 🙂 A bientôt !

  4. David 03/10/2016 à 19:36 ␣- Répondre

    Bravo pour cet article, vraiment très exhaustif. Je ne commente jamais sur les blogs, mais là je n’ai pas pu m’empêcher.

    Près de 3000 mots pour du contenu très dense, et sans « remplissage »… ça vaut largement les 1000 euros dont tu parles 😉 C’est propre et limpide, ça se lit facilement d’une traite et on apprend pleins de choses.

    Pas étonnant qu’il soit premier sur la requête qu’il vise, après seulement quelques semaines 😉

    Après comme vous le remarquez très justement, son prix n’aura de sens que s’il vous permet d’attirer à vous des prospects (à transformer en clients), ce dont je ne doute pas.

    Une question me taraude… J’ai du mal à savoir si je suis assez rapide lorsque je rédige un article. Est-ce que vous auriez une idée du temps que vous avez passé à concevoir celui-ci (en prenant en compte la préparation, le choix du mot clé, l’ajout des images, des balises, le choix des titres, les corrections éventuelles,… et j’en oublie) ?

    Vous parlez d’un taux horaire qui peut atteindre les 1000 euros. Cela me semble très élevé, est-ce qu’il existe vraiment des rédacteurs « rockstar » qui demandent ce prix-là ?

    Bon en espérant qu’un jour les pseudo-webmarketeurs d’internet qui vendent des formations aussi creuses qu’une coquille vide comprennent que pour bien se positionner sur une requête, il convient de rédiger un guide comme le tien : clair, précis, bien documenté, bien rédigé et exhaustif. En même temps, leur but est de faire croire qu’il est facile d’obtenir du trafic, ce qui est totalement faux…

    • Pauline DROUIN
      Pauline DROUIN 06/10/2016 à 14:39 ␣- Répondre

      Bonjour David,
      Merci pour ton long commentaire 😉
      Alors, pour répondre à tes questions : difficile de te dire combien de temps j’ai passé à la rédaction de cet article, car son écriture remonte à il y a un petit moment. Et j’avais déjà les idées claires dans ma tête avant de me lancer. Par contre, si tu veux apprendre à rédiger plus rapidement, tu peux t’inspirer des conseils que je partage ici : https://www.alesiacom.com/blog/comment-rediger-des-contenus-plus-rapidement Tu constateras normalement un vrai gain de productivité !
      Les rédacteurs les plus chers ne sont pas des rockstar, mais bien souvent des professionnels sur des métiers hyper techniques et spécifiques (avocat, chirurgien…) Ecrire n’est pas leur premier métier, et si on les sollicite pour cela, ils factureront à leur taux horaire habituel.
      Au plaisir de te recroiser sur le blog !
      Bonne journée,
      Pauline

  5. Laurent 21/10/2016 à 14:47 ␣- Répondre

    Alors oui, sur certaines thématiques, il est facile d’assurer la qualité du contenu, mais parfois, les rédacteurs sont face des sujets difficiles. D’ailleurs n’y a-t-il pas une élasticité prix-qualité dans ce métier ?

    • Pauline DROUIN 24/10/2016 à 12:08 ␣- Répondre

      Bonjour Laurent, le niveau du rédacteur doit en effet s’adapter à la demande. Une commande sur un sujet grand public peut être réalisée par un rédacteur junior et coûtera moins cher à un client qu’une commande pour un article sur un sujet ultra-technique ! D’où des variations de prix inévitables. Bonne journée !

  6. Pascal Dubeaux 20/02/2017 à 12:06 ␣- Répondre

    Merci à vous pour cet article bien détaillé. Je trouve que ces estimations sont très utiles dans la comptabilisation des travaux de rédaction de contenu web pour maximise les profits en référencement.

    • Pauline Drouin 21/02/2017 à 10:45 ␣- Répondre

      Bonjour Pascal, merci pour votre commentaire, contente que l’article vous ait plu. A très vite 🙂

  7. Jules Marion 02/03/2017 à 08:37 ␣- Répondre

    Des données bien utiles pour réussir dans le référencement. Ces estimations sont d’une grande utilité pour être rationnel en matière de coût.

    • Pauline DROUIN 02/03/2017 à 09:53 ␣- Répondre

      Bonjour et merci pour votre commentaire, heureuse que l’article vous soit utile 🙂 à très bientôt sur notre blog 🙂

  8. perla caftan 14/06/2018 à 17:38 ␣- Répondre

    Bonjour et merci pour l’effort, tout a fait d’accord avec vous, la qualité fait la différence, surtout en 2018 où les moteurs de recherche exigent la qualité du contenu.

  9. Waoo 12/12/2018 à 10:18 ␣- Répondre

    Bonjour,
    Merci pour cet article intéressant et détaillé. En effet, je crois que chaque rédacteur (que ce soit freelance, agence ou plateforme) doit ajouter une explication de ce genre sur son site à son lectorat pour les aider à comprendre les difficultés de mettre en place une tarification pour un article de blog. Sans oublier aussi que chaque rédacteur a recours à des outils SEO qui les paye lui-même pour pouvoir optimiser le contenu de son article pour les moteurs de recherche et ainsi satisfaire sa clientèle et Google.
    Meilleures salutations,

Laisser un commentaire