Objectif de cet article : vous permettre de rédiger une charte éditoriale simplement et rapidement. Pourquoi faire, dites-vous ? Ça tombe bien que vous me posiez la question, je comptais y répondre de toute façon ! Voilà le topo : la charte éditoriale est un élément indispensable à votre stratégie de contenu : elle constitue un support de référence, qui garantit qualité, homogénéité et conformité de vos contenus par rapport à vos attentes initiales. Eh oui, rien que ça ! Donc, si vous comptiez vous lancer dans la gestion d’un blog sans cette charte, arrêtez tout ! Ouvrez plutôt une page Word ou bien prenez un papier et un crayon, et suivez pas à pas les étapes suivantes.

Les éléments stratégiques : Qui ? Quand ? Où ? Comment ?

La première étape, c’est de s’intéresser aux lignes directrices de votre stratégie de contenu. Ici, le meilleur moyen reste de prendre le temps de réfléchir à chacune d’entre elles (ça a l’air évident, mais tout le monde ne le fait pas…). Décrivez clairement et simplement :

1. Vos cibles (prioritaires et secondaires).

Prendre le temps de réfléchir à vos cibles, c’est réellement déterminant pour le succès de votre blog. Car c’est en fonction de vos buyer persona (BtoB ? BtoC ? jeunes ? personnes âgées ? CSP spécifique… ?) que vous adapterez votre ton, mais aussi le type de contenu et les sujets que vous aborderez.

Par exemple, un ton familier risquerait de froisser une cible BtoB. En revanche, un vocabulaire trop soutenu et ponctué de jargon professionnel ne capterait pas l’intérêt d’une audience BtoC.

Regardez le ton employé par Ciel d’Aventure (sauts en parachute), qui s’adresse à une cible de particuliers pour un produit de loisirs : pas de jargon, du vocabulaire courant, du story telling à fond les ballons, de l’onirisme… Ils ont visiblement bien ciblé leur audience !

Extrait du blog de Ciel d’Aventure

fd

La façon de vous adresser à vos cibles peut vous sembler limpide sur le moment. Mais au fil de l’eau, nombreux sont ceux qui la perdent de vue. Et là, c’est le drame ! Car votre blog perdra en cohérence et en pertinence. Prenez donc le temps de bien définir vos buyer persona, de façon à miser juste dès le début (et pour longtemps) côté création de contenu.

2. Le positionnement que vous souhaitez adopter

Comment souhaitez-vous que votre site soit perçu ? C’est là toute une problématique.

 

Imaginez : votre blog marche du tonnerre (hourra !). Mais en vous y penchant de plus près, vous découvrez qu’il est perçu comme une source d’informations divertissantes, qui restent en surface. Quoi ? Vous souhaitiez vous imposer comme une référence sérieuse parmi les blogs de l’immobilier ? Alors c’est que quelque chose a pêché, notamment en termes de positionnement.

Pour éviter ce cas de figure, ne négligez pas cette étape ! Appuyez-vous sur une veille concurrentielle, de façon à regarder ce qui se fait chez la concurrence. Et déterminez votre positionnement de façon précise. Souhaitez-vous que les internautes viennent chez vous pour s’informer, se former, se divertir ? Comment allez-vous vous différencier de vos concurrents ? Etc.

3. La fréquence de publication de vos contenus

L’image renvoyée par votre blog passera également par votre fréquence de publication : tous les mois, toutes les semaines, tous les jours ? Il est important de déterminer votre fréquence, et surtout, de vous y tenir. Vous créez ainsi un rendez-vous avec votre audience !

Gardez tout de même à l’esprit qu’un blog qui génère de l’engagement est un blog qui publie régulièrement. C’est la meilleure façon de rester présent dans l’esprit de votre communauté. Par exemple, Hubspot publie plusieurs fois par jour, sur chacun de ses blogs !

Extrait du site internet d’Hubspot

hubspot

4. La promotion de votre blog

Un facteur déterminant dans la réussite de votre blog, c’est aussi la façon dont vous comptez promouvoir vos contenus. Je vous conseille de les partager sur les réseaux sociaux, et de mettre en place une newsletter qui permettra de les relayer. Vous pouvez également promouvoir vos contenus à travers des publicités sur le web, ou en vous rapprochant d’influenceurs qui pourront les partager auprès de leurs communautés. Il ne faut pas vous contenter de publier sur votre blog : mettez en place un plan d’action pour booster la visibilité de vos contenus !

Les contenus de votre blog

1.      Vos thématiques clés

Vous savez sans doute de quoi votre blog va parler, du moins les grandes lignes. Mais il convient aussi de déterminer un champ de thématiques précises que vous aborderez. Cette étape sert notamment à vous éviter la publication d’articles hors sujet (ou trop éloignés de votre thématique initiale), qui n’ont rien à faire là. En plus, ça vous aidera à repérer un certain nombre de mots-clés que vous pourrez par la suite travailler pour améliorer votre référencement.

2.      Classer vos articles par catégorie

Comptez-vous publier vos articles les uns à la suite des autres, ou structurer votre contenu par catégorie ? Si les deux solutions sont tout à fait envisageables, un classement par catégorie améliorera l’expérience visiteur sur votre site : il s’y retrouvera plus facilement, surtout si vous avez 25 pages d’articles… Le classement des articles de blog par catégorie est très largement répandu parmi les blogs d’entreprise, qui comportent souvent plusieurs entrées.

Exemple : le menu du site de contenus Piwee

piwee

Déterminez bien les types de contenus que chaque catégorie englobe, car les nuances ne sont pas toujours bien claires… Et si une catégorie est destinée à recevoir plus de contenus qu’une autre, signalez-le. Il faudra le prendre en compte dans votre planning éditorial !

3.      Les caractéristiques propres à vos articles

Si vos thématiques doivent être cohérentes, la structure interne de vos contenus doit aussi être similaire. Clarifiez notamment le niveau de documentation attendu (présence ou non de données chiffrées, récence et type de provenance des sources – par exemple : publications grand public postérieures à 2014, etc). Vous pouvez aussi peaufiner plus en détails la structure de vos articles :

  • Taille ?
  • Excerpt ?
  • Présence d’un chapô, de sous-titres ?
  • Nombre max de liens hypertextes… ?
  • Présence de visuels ? (originaux, classiques, professionnels, humoristiques, réalistes… ?)
  • Quels formats (.jpg ? .gif ? .png ? etc), taille et qualité pour vos visuels ?

Fixer les caractéristiques de vos articles, c’est aussi déterminer les règles à respecter, comme : pas de vidéos en intérieur / pas de listes à puces pour les articles / infographies seulement dans les tons de la charte graphique de votre entreprise…

Encore une fois, tout ça sert à rendre votre communication cohérente, et à dessiner votre identité de marque.

Mettre en forme vos contenus

Vous devriez maintenant savoir vers où vous allez, et de quoi vous parlerez. Et si on s’intéressait maintenant à la mise en forme de vos contenus ?

1.      Des formats judicieux

Varier les formats de contenus peut être bénéfique, surtout si vous postez régulièrement : ça apportera du dynamisme et de l’originalité à votre blog. Articles rédigés, infographies, vidéos marketing… vous avez l’embarras du choix. Mais plutôt que d’improviser au dernier moment (c’est mal !), intéressez-vous à ces formats dès la rédaction de votre charte éditoriale. Quels formats allez-vous privilégier ? Lesquels sont à éviter ? A vous de faire votre choix, en fonction de votre secteur d’activité (par ex, si vous êtes dans la pâtisserie, ne lésinez pas sur les images…), de votre audience et de l’identité de votre marque. Par exemple, le blog de LinkedIn privilégie les contenus rédigés, entrecoupés de présentations « slideshare ». Bien pensé, étant donné qu’il s’adresse à des professionnels qui y sont habitués !

Extrait d’un article du blog de LinkedIn

linkedin

2.      Un style cohérent

Votre style rédactionnel est la pierre angulaire de votre identité de marque. N’oubliez donc surtout pas de le qualifier en fonction des formats utilisés (par exemple pour un article rédigé : langage courant, familier ou soutenu ? ton doctorant ou spontané, proche ou distant ? phrases longues ou courtes ? types de champs lexicaux utilisés ? etc…).

 

Pour conclure…

Maintenant que vous appréhendez mieux les enjeux d’une charte éditoriale et sa marche à suivre, il ne vous reste plus qu’à vous lancer en la respectant minutieusement ! Ceci dit, évidemment, vous pourrez l’adapter ici ou là par la suite, en fonction des évolutions de votre entreprise.