Il n’est pas rare de voir sur internet des blogs d’entreprise qui ne sont plus alimentés depuis des mois. En cause, le plus souvent : le manque de temps. Créer des contenus est en effet une tache particulièrement chronophage : il faut trouver un sujet d’article, se documenter sur la question, rédiger le contenu, lui trouver une illustration, l’optimiser pour le SEO, et le mettre en ligne. Cumulées, toutes ces étapes prennent facilement plusieurs heures et rendent la création de contenu très fastidieuse. Heureusement, de petites astuces peuvent vous aider à gagner un temps fou et à reprendre plaisir à rédiger vos contenus. Dans cet article, nous verrons :

  1. Quelle organisation mettre en place pour créer des contenus de qualité, facilement et rapidement
  2. Une liste d’outils qui vous aideront concrètement à mettre nos conseils en pratique

1. Avoir une liste de sujets toujours prête et disponible

Savoir sur quoi écrire est une problématique récurrente pour toute personne qui alimente un blog d’entreprise. Souvent, on fourmille d’idées les premiers mois, mais au fil du temps, on a l’impression d’avoir fait le tour du sujet et on se retrouve confronté à une grosse panne d’inspiration.

Avoir toujours sous la main une liste de sujets d’articles de blog permet de ne plus se poser de questions inutiles et de commencer à écrire immédiatement après l’avoir décidé : il suffit de piocher une idée d’article dans la liste pour se lancer.

Si vous fonctionnez avec un plannig éditorial, cette liste vous permettra également de l’alimenter très facilement. Il suffit en effet de mettre une date butoire en face de chaque idée pour savoir quoi écrire et quand. En évacuant ces deux questions, vous serez ensuite beaucoup plus efficace.

Comment trouver des idées pour mettre à jour votre liste

Vous devez sans doute vous dire « c’est bien beau tout ça, mais comment alimenter ma liste si je n’ai plus d’idées d’articles de blog ! ». Il y a plusieurs éléments de réponse à ça.

Déjà, il y a de fortes chances que vous n’ayez pas d’idées justement parce que vous n’avez pas pris l’habitude de fonctionner avec une liste : quand une idée vous vient en tête, si vous ne prenez pas le réflexe de la noter immédiatement, elle risque de vous échapper. Avec le système que je vous propose, au contraire, dès qu’une idée jaillira dans votre esprit, vous pourrez venir l’inscrire sur votre liste et la conserver pour plus tard.

Ensuite, rien ne vous empêche d’opter pour une liste collaborative, en demandant à vos collègues de venir enrichir votre liste de leurs propres idées. Ils se sentiront sans doute valorisés d’être mis à contribution et auront certainement de nombreuses idées à vous fournir, surtout s’ils sont en relation directe avec les clients de votre entreprise (par ex : les commerciaux, hotliners, etc).

Enfin, pour trouver de nouvelles idées, vous devez bien sûr vous investir un peu en faisant de la curation. Cet article est centré sur la notion de productivité, alors je me permets de vous rappeler que la bonne façon de procéder pour faire de la curation n’est pas de passer des heures à lire au hasard les contenus qui vous attirent… ! Il vous faut plutôt un outil de curation, qui centralisera toutes les infos susceptibles de vous intéresser. Si votre objectif est uniquement de trouver un sujet d’article rapidement, vous n’avez même pas besoin de lire les contenus de curation identifiés : vous pouvez vous contenter de scanner les titres. Vous voulez être rapide, oui ou non ?

Le dernier recours, c’est le générateur d’idée. Nos amis de Portent en ont conçu un qui, en plus d’être plutôt bien fichu, est assez drôle. Son principe est très simple : vous entrez une thématique, et l’outil vous propose une suggestion d’article à écrire, avec en bonus pourquoi elle devrait cartonner. Si l’idée ne vous plaît pas (certaines sont farfelues), vous pouvez rafraîchir. Voici par exemple un résultat obtenu sur le mot clé « blogging » :

Générateur d'idées de Portent

Dans un style assez proche, vous pouvez tester Tweak your Biz, dont je vous parlais déjà ici. Ces outils peuvent vraiment vous sauver la mise de temps en temps, mais ils sont à mes yeux à utiliser avec parcimonie : comme ils sont amusant, on prend le risque en les utilisant de se disperser… et donc, au final, de perdre du temps au lieu d’en gagner. La petite astuce, c’est d’arrêter de lire les suggestions de ces outils dès que vous en avez trouvé une qui fait l’affaire.

Le support à utiliser pour votre liste

Un point important à aborder au sujet de votre liste, c’est le support sur laquelle vous allez la rédiger. Noter vos idées sur des post it n’est pas une solution envisageable : il vous faut un support qui permette de centraliser toutes vos idées et surtout de ne pas les égarer.

Un simple document Excel répond à ce besoin. Il peut être réalisé en suivant le modèle suivant : une colonne pour écrire l’idée de votre sujet d’article, les colonnes suivantes pour ajouter des précisions : lien de curation éventuel, date de publication prévue, rubrique du blog dans laquelle votre idée d’article s’inscrit, etc.

Une solution encore plus pratique est d’opter pour des logiciels :

  • accessibles n’importe où, n’importe quand : vous pourrez ainsi à tout moment mettre à jour la liste, depuis votre ordinateur du boulot, votre PC chez vous, votre téléphone dans les transports en commun, etc.
  • qui permettent de dicter vos idées : la dictée prend moins de temps que l’écriture, et vous permettra de mettre à jour votre liste même en voiture, par exemple.

Plusieurs outils de ce type existent sur le marché, mais je vous conseille tout particulièrement deux d’entre eux : Evernote et Trello. Ils sont très simples à utiliser, remplissent les deux conditions citées ci-dessus, et permettent en plus un travail en mode collaboratif.

2. Trouver quoi raconter au sein de votre article

Trouver un sujet d’article est un bon début, mais savoir quoi dire sur ce sujet est une autre problématique ! Vous n’avez pas le temps de vous creuser la tête ? Voici deux idées qui vous permettront de rédiger un plan d’article et d’identifier les choses intelligentes à dire sur un sujet à la vitesse grand V.

Faire parler des experts sur les forums

La solution la plus simple est de faire bosser d’autres personnes pour vous, en posant votre question sur un forum d’experts. Si vous en choisissez un qui regroupe beaucoup de membres actifs, en quelques heures seulement, vous devriez obtenir des pistes pour rédiger votre article.

Cette méthode est par contre à utiliser avec modération (ou avec de nombreux pseudos différents !) pour ne pas trop vous faire repérer par les autres membres. Ca marche particulièrement bien sur les forums américains, où les experts eux-mêmes sont souvent demandeurs qu’on les interroge pour pouvoir montrer qu’ils sont des pros.

Un exemple parmi tant d’autres sur le forum « Inbound.org », bien connu des marketeurs

Ask us anything - un exemple sur un forum américain

Vous appuyer sur des liens de curation déjà identifiés

L’autre solution, où vous bossez un peu plus, est d’identifier les liens de curation pour vos idées d’articles au fil de l’eau. Comme tout internaute, vous consommez certainement plusieurs contenus par semaine, dont la plupart sont liés à votre domaine d’activité. Dès qu’un de ces contenus se rapporte à une idée sur votre liste, ou que vous pensez qu’il pourra vous être utile un jour, mettez-le systématiquement de côté. Vous n’avez même pas besoin de le lire en entier tout de suite, l’idée est juste de le stocker quelque part où vous pourrez le retrouver lorsque vous devrez écrire sur le sujet.

Evernote et Pocket sont de supers outils pour cet usage : vous pouvez y enregistrer des contenus web, les commenter, et les retrouver ensuite facilement via le moteur de recherche de l’outil (pensez à tagguer vos contenus !). Testé et approuvé. Personnellement, j’utilise Evernote au quotidien pour  la stratégie éditoriale d’Alesiacom, et je ne pourrais plus m’en passer.

En procédant de la sorte pour vos liens de curation, vous économiserez un temps fou : une fois le moment venu d’écrire sur un sujet, vous aurez déjà sous le coude des articles de fond qui vous permettront de vous documenter dessus. En fait, vous aurez réalisé tout le travail de curation sans même vous en apercevoir… !

3. Optimiser le processus de rédaction

Bon, à ce stade, vous avez un sujet d’article et des choses à raconter dessus. Il ne vous reste plus qu’à pianoter sur votre clavier d’ordinateur pour voir votre article prendre forme. Là encore, quelques astuces simples vous feront gagner du temps.

Eviter toute distraction

Attention, on va parler d’un sujet qui fâche. Entre nous, si vous n’êtes pas toujours hyper productif, c’est aussi car il vous arrive de traîner sur internet alors que vous devriez être en train de bosser, non ? Pour que ce ne soit plus le cas, je vous propose de mettre en place tout un dispositif qui vous permettra de garder une concentration optimale !

Première chose, vous pouvez installer sur votre navigateur un bloqueur de publicités (ex : Adblocks). Grâce à ça, vous ne serez plus dérangé par les publicités qui déclenchent des pop up (ça vous fait perdre du temps de les fermer), clignotent comme un sapin de Noël sur les pages web que vous consultez (ça déconcentre) ou vous donnent envie de cliquer (si vous cédez à cette tentation, vous partez complètement sur autre chose et votre productivité en pâtit).

Deuxième chose, je vous recommande de désactiver le son de votre PC et les options de notification de certains programmes (par exemple, l’alerte visuelle de nouveaux messages dOutlook) pour ne pas vous disperser. Ca vous permettra d’écrire d’une seule traite, au lieu de vous interrompre fréquemment pour lire un mail, y répondre, etc.

Troisière chose, utilisez autant que possible des éditeurs d’écriture « plein écran », qui donnent l’impression que votre page blanche est la seule chose qui existe au monde, et donc la seule dont vous devez vous préoccuper. Sur WordPress par exemple, vous pouvez vous servir du mode d’écriture « sans distraction », qui masque les éléments qui s’affichent normalement autour de l’éditeur de texte. Un autre outil que je vous recommande est OmnWriter, car il vous isole complètement de votre environnement et fait du process d’écriture un véritable plaisir. Voici une vidéo qui présente ses fonctionnalités :

 

Quatrième chose, si vous vous accordez une pause au cours de la rédaction de votre article, prenez soin qu’elle ne dérape pas. Avec des outils tels que StayFocusd, 10 minutes à lire les actus de votre réseau sur Linkedin sont 10 minutes, pas une de plus ! L’outil vous bloque en effet sur demande l’accès à certaines pages ou sites web, ou les limite dans le temps.

Cinquième chose, si vous devez compléter votre travail de curation par la lecture d’un article sur internet, utilisez le mode « article simplifié » d’Evernote, qui vous présente alors l’article de façon épurée, sans son contexte (barres latérales, module d’inscription à une newsletter, etc). Ok, c’est moins sexy… mais c’est surtout moins distrayant.

Ex : un de nos articles de blog vu à travers le mode « article simplifié » d’Evernote

Article simplifié Evernote

Enfin, bien entendu, veillez à mettre votre portable en mode silencieux, à renvoyer votre ligne de téléphone fixe vers celle d’un de vos collaborateurs, et à demander à vos équipes de ne pas vous déranger, sauf en cas d’extrême urgence. Toute votre attention sera donc exclusivement et intégralement consacrée à la rédaction de contenus. En employant cette méthode radicale, votre productivité va décoller, c’est certain !

Utiliser des template de contenus

Difficile d’écrire un contenu quand on ne sait pas trop à quoi sa version finale doit ressembler… C’est pour ça qu’il est important de rédiger en amont une charte éditoriale précise, qui cadre la démarche et comporte même, si possible, des template de contenus à utiliser pour votre blog. Vous pouvez par exemple jongler avec 2 ou 3 template qui correspondent à différents formats d’articles (les listes, les « How to », etc) et qui guident votre démarche.

L’idée est de savoir précisément comment organiser votre article. Faut-il commencer par une introduction longue ou courte ? Enoncer votre plan dès le début ou laisser le lecteur le découvrir au fur et à mesure ? Faire une conclusion ou vous interrompre plus abruptement une fois toutes vos idées énoncées ? Mettre plusieurs ou un seul CTA ?

Pour constituer vos templates, vous pouvez vous inspirer de cette infographie de « l’article de blog parfait » proposée par Social Triggers :

Perfect Blog Post

Ecrivez sans vous préoccuper du reste

Lorsque vous rédigez votre article, ne perdez pas de temps à soigner la forme, contentez-vous déjà de coucher vos idées sur le papier. Vous vous occuperez plus tard de :

  • fignoler votre texte
  • corriger l’orthographe
  • inclure les illustrations.

Votre seule préoccupation au moment d’écrire doit être… d’écrire. Rien de plus !

4. Peaufiner le contenu après la rédaction

Vous avez mis le point final à votre premier jet ? Parfait ! Vous allez maintenant pouvoir peaufiner le tout en mode efficace, c’est-à-dire :

Retravailler la forme

Pas la peine d’écrire du Molière, l’essentiel est de vous faire comprendre. D’ailleurs, un ton simple et décontracté est plus facile et agréable à lire qu’un ton doctorant. Au cours de la relecture de votre article, vous pouvez vous contenter de :

  • corriger les formulations un peu bancales et les fautes d’orthographe,
  • trouver des synonymes pour éviter les éventuelles répétitions (pensez à utiliser Google).

Ca ne devrait pas vous prendre plus de 5 min pour les articles courts, une quinzaine max pour ceux qui sont longs.

Choisir l’image en tête de l’article

L’image en tête de votre article sert à attirer le regard de l’internaute, mais tout le monde s’en fiche si elle ne colle pas pile poil au sujet que vous traitez. Alors ne perdez pas trop de temps à vous poser des questions existentielles sur les visuels de votre blog, en comparant par exemple les résultats de plusieurs banques d’image. La façon la plus efficace de fonctionner est de :

  • choisir une seule seule et unique banque d’image sur laquelle faire vos recherches (priviligiez plutôt des banques d’image du type Flickr plutôt que Fotolia, afin de booster votre taux de conversion)
  • vous arrêter de chercher dès que vous trouvez un visuel qui pourrait faire l’affaire. Vous le prenez, et ce sera très bien comme ça. Si, si, je vous assure !

Travailler le SEO

Ca, c’est un point important. Pour être bien référencé par les moteurs de recherche, votre contenu doit suivre un certain nombre de règles : titre pas trop long, présence de H2 (sous-titres), de vos principaux mots-clés, etc. L’utilisation d’un outil tel que Yoast vous fera gagner un temps précieux : il vérifie automatiquement pour vous que vos articles sont optimisés pour le référencement, et si ce n’est pas le cas, il vous indique quels éléments améliorer. Vous n’avez plus qu’à vous laisser guider.

Inclure les bonnes captures d’écran

Un autre élément crucial, car les screenshot apportent beaucoup de valeur à vos articles, en donnant à voir au lecteur des exemples concrets de ce que vous exposez.

Pour gagner du temps lors de cette étape, je vous conseille :

  • d’ajouter à votre navigateur un outil qui vous permet de faire directement des captures d’écran des pages web que vous consultez (ex : Greenshot). Ca va bien plus vite que d’utiliser la touche de votre clavier « imprim écran »  puis de copier le tout sur un Paint ou un Powerpoint pour retravailler le visuel capturé au bon format.
  • un peu comme pour les liens de curation identifiés au fil de l’eau, de capturer via Evernote les éléments que vous voyez sur des sites internet et qui pourront vous resservir plus tard pour illustrer une idée. Du coup, le jour où vous chercherez une illustration précise, vous n’aurez plus qu’à la retrouver dans vos notes.

Trouver un titre qui cartonne

Beaucoup de personnes commencent par là, alors qu’il est plus simple de garder cet aspect pour la fin. L’idée du sujet sur lequel vous avez écrit n’est pas forcément formulée de la meilleure façon qui soit pour constituer un bon titre. Vous pouvez donc prendre quelques minutes pour travailler cet aspect, sachant que les titres que les lecteurs préfèrent comportent des chiffres. A partir de là, pas la peine d’être très créatif, les options sont limitées. Tant mieux, car c’est justement ce genre de contraintes qui fait gagner du temps !

Récap’

Les outils qui peuvent vous aider :

  • pour trouver des idées d’articles : Portent ou Tweak your Biz
  • pour vous constituer une liste d’idées collaborative en Cloud : Evernote ou Trello
  • pour stocker des contenus lus ou vus sur le web : Evernote ou Pocket
  • pour éviter les distractions : Adblocks, l’éditeur sans distraction de WordPress, OmmWriter, StayFocusd, Evernote
  • pour travailler votre SEO : Yoast
  • pour les captures d’écran : Greenshot ou Evernote (encore lui !).

Les conseils à suivre pour être plus rapide :

  • vous constituer une liste de sujets d’articles en notant vos idées au fil de l’eau, pour ne plus devoir réfléchir pendant des heures à quoi écrire
  • enregistrer tout contenu utile (article, vidéo, image, screenshot…) dès que vous tombez dessus, afin de réduire le temps passé en curation
  • approfondir le sujet en ayant recours à des experts sur des forums et en ressortant vos liens de curation déjà identifiés
  • lors de la phase de rédaction du contenu, éviter toute distraction, partir de template et ne pas vous préoccuper des aspects autres que l’écriture
  • gérer ensuite les aspects annexes sans faire de surqualité : relecture, choix d’une image et d’un titre, etc.

Pour conclure

L’organisation que je vous propose est très facile à mettre en place. 99% des outils que je cite sont en plus gratuits (Ommwriter coûte environ 6$), ce qui la rend accessible à tous. Au début, il vous faudra sans doute un peu plus de temps pour configurer tous ces outils et prendre de nouvelles habitudes, mais au final, vous devriez voir une différence significative. Pour ma part, depuis que j’applique à la lettre tous ces principes, ma productivité a triplé !

Photo crédit : Clock in Borough Market